in

Chaos au Capitole: Haïti déplore des actes de violence menaçant la démocratie aux USA

Lisez cet article dans la langue qui vous convient le mieux

Nous choisissons votre langue automatiquement, afin que vous puissiez mieux comprendre les articles, si vous n'êtes pas intéressé par cette langue, changez-la ci-dessus.

Chaos au Capitole: le gouvernement haïtien déplore des actes de violence qui représentent une menace pour la démocratie aux USA.

Au cours de la journée du mercredi suite à un appel du président Trump, des centaines de manifestants ont semé le chaos à Washington, envahissant le Capitole des États-Unis et interrompant la certification par le Congrès du résultat de l’élection présidentielle, dernière formalité avant l’investiture de Joe Biden à titre de 46e président. Des scènes avilissantes selon plus d’un attirant les regards du monde entier et suscitant des réactions de la part de certains pays amis.

Dans un tweet publié peu après les faits, le gouvernement haïtien, via sa chancellerie, dit déplorer ces actes de violence qui représentent une menace pour la démocratie aux États-Unis d’Amérique, terre de la grande démocratie.

“La République d’Haïti déplore les actes de violences qui se sont produits au Capitole (parlement), aux États-Unis, ce 06/01/21. Ces actions, dont nous en avons fait l’amère expérience au parlement haitien le 11 septembre 2019, constituent des menaces à la démocratie”, lit-on dans le tweet du Ministère des Affaires Étrangères et des Cultes ayant Claude Joseph comme titulaire.

Après ce spectacle, Haïti, confiante en la culture démocratique américaine dit s’assurer que “la grande tradition de ses institutions démocratiques permettra aux États-Unis de se relever et tourner rapidement cette page sombre de son histoire”.

L’ancien président de la Chambre des Députés Gary Bodeau et le professeur James Boyard ont eux aussi réagi

D’autres acteurs du monde politique et diplomatique haïtien ont donné leur point de vue par rapport à ce qui s’est passé au Capitol Hill. Parmi eux, l’on compte Gary Bodeau, ex-président de la chambre des députés et James Boyard diplomate et professeur.

“Ce que nous assistons au Capitol Hill depuis ce matin est une énième preuve qu’aucune démocratie n’est achevée, et encore moins infaillible et parfaite. La démocratie doit être entretenue et consolidée. Les États-Unis, qui n’ont cessé de promouvoir la démocratie à travers le monde, s’affichent en contre-exemple de son propre credo – qui est aussi le nôtre. Toutefois,nous continuons de croire ses institutions suffisamment fortes pour redresser la barre. Je souhaite du courage à nos amis”,écrit l’ancien président de la Chambre des Députés Gary Bodeau dans un tweet.

“Evidemment, pour un pays qui a toujours voulu imposer au reste du monde son modèle de démocratie et ses modèles d’institutions politiques comme meilleurs modèles, ces actes de violence orchestrés par les sympathisants de Trump pour tenter d’empêcher le Congres de valider l’élection de Joe Biden peut-être perçu comme un acte honteux et indigne qui a terni l’image de la démocratie américaine.

Toutefois, d’un autre point de vue, cet événement inédit, quoique antirépublicain peut être aussi interprété comme une formidable opportunité pour la démocratie américaine de faire ses preuves en passant avec succès ce que les auteurs “Consolidologues” comme Joseph Shumpeter, Juan Linz et Alfred Stepan appellent le « Crash test », le test des crises ou le test de la mise à l’épreuve”, lit-on dans le tweet du diplomate.

Written by Ceus isnel

Le bonheur ne s'acquiert pas, il ne réside pas dans les apparences, chacun d'entre nous le construit à chaque instant de sa vie avec son coeur.