in

Haïti/Enlèvement: Une religieuse enlevée en la résidence des sœurs de Sainte Thérèse, à Carrefour

Lisez cet article dans la langue qui vous convient le mieux

Nous choisissons votre langue automatiquement, afin que vous puissiez mieux comprendre les articles, si vous n'êtes pas intéressé par cette langue, changez-la ci-dessus.

La Conférence Haïtienne des Religieux confirme l’enlèvement dans la soirée du vendredi 8 janvier 2021, à Brochette 99, commune de Carrefour, de la Sœur Dachoune Sévère. La religieuse a été enlevée en la résidence des sœurs de Sainte Thérèse aux environs de 9 heures, précise Gilbert Peltrop, rédemptoriste et Secrétaire Général de la CHR. Les ravisseurs réclament une forte somme en échange à sa libération.

Carrefour, le 9 janvier 2021. Des individus lourdement armés ont enlevé dans la soirée du vendredi 8 janvier 2020, à Brochette 99, dans la commune de Carrefour, la religieuse Dachoune Sévère alors qu’elle se trouvait dans sa chambre, en la résidence des sœurs.

L’information est confirmée à travers deux notes, une de Monseigneur Pierre André Dumas, évêque d’Anse-à-Veau/Miragoâne et une autre de la Conférence Haïtienne des Religieux dont le rédemptoriste Gilbert Peltrop est le secrétaire général.

Joint au téléphone par la rédaction de Vant Bèf Info (VBI),  le révérend Peltrop a précisé que la religieuse a été enlevée vers 9 heures du soir.

Le rédemptoriste précise que la sœur Dachoune Sévère fait partie de la communauté des Petites Sœurs de Sainte Thérèse. Il ajoute que les ravisseurs réclament la somme de 250 000 dollars américains en échange de sa libération et accordent un délai de trois jours à la Conférence Haïtienne des Religieux  pour trouver la rançon.

Gilbert Peltrop souhaite qu’une chaine de prière puisse se constituer « jusqu’à sa libération et celle de tous ceux et celles qui sont kidnappés-es, mais aussi pour la libération de notre chère Haïti ».

« Les miracles s’obtiennent en pliant les genoux! Confions-nous à Dieu et restons unis dans la prière pour que cet état de disgrâce et d’inhumanité se termine « subito », écrit pour sa part, Mgr Pierre André Dumas.

Written by Ceus isnel

Le bonheur ne s'acquiert pas, il ne réside pas dans les apparences, chacun d'entre nous le construit à chaque instant de sa vie avec son coeur.