in

Séparatismes : le projet de loi "est incontestablement insuffisant, il nous faudra une véritable déclaration de guerre contre le séparatisme islamiste", regrette Gilles Platret

Lisez cet article dans la langue qui vous convient le mieux

Nous choisissons votre langue automatiquement, afin que vous puissiez mieux comprendre les articles, si vous n'êtes pas intéressé par cette langue, changez-la ci-dessus.

« Il y a des choses intéressantes » mais « le texte ne nomme pas notre adversaire qui est le séparatisme, c’est une erreur », estime le maire LR de Chalon-sur-Saône et co-président du groupe laïcité de l’Association des maires de France qui insiste : « On est dans une guerre politique ».

Le projet de loi contre les séparatismes qui s’intitule désormais projet de loi « confortant le respect des principes républicains » est présenté en Conseil des ministres mercredi 9 décembre. « Ça ne peut pas être toute la réponse. On est malgré tout à la surface des choses », a estimé sur franceinfo Gilles Platret, maire LR de Chalon-sur-Saône et co-président du groupe laïcité de l’Association des maires de France.

franceinfo : Que pensez-vous de ce texte ?

Gilles Platret : C’est un début de réponse. Ça ne peut pas être toute la réponse. On est malgré tout à la surface des choses. Il y a incontestablement des avancées, on a décidé de protéger les agents qui remplissent une mission de service public de l’agressivité dont ils font hélas souvent l’objet de la part d’individus au comportement communautariste. Pour autant, on attend beaucoup de la discussion parlementaire pour affiner ce texte pour que ce ne soit pas une occasion de la part des préfets de revenir sur certaines libertés des collectivités territoriales.

Les ennemis au séparatisme ne sont pas nommés. Qu’en pensez-vous ?

Le texte ne nomme pas notre adversaire qui est le séparatisme. C’est une erreur parce qu’on est dans une guerre politique. Il y a une volonté de la part des salafistes, des Frères musulmans de prendre le pouvoir dans la République française.

« Ne pas les nommer c’est se priver d’une partie de la force nécessaire pour les combattre. »

Gilles Platret, maire LR de Chalon-sur-Saône et co-président du groupe laïcité de l’Association des maires de France

à franceinfo

Je ne veux pas tout rejeter dans ce texte, il y a des choses intéressantes. Cette loi est incontestablement insuffisante, il nous faudra une véritable déclaration de guerre contre le séparatisme islamiste.

Comment gérez-vous les situations de séparatisme ?

La première des priorités c’est la vigilance de l’élu. Il faut absolument que les élus abandonnent tout réflexe électoraliste, je ne dis pas que c’est le cas de la totalité de mes collègues maires, mais on sait très bien que des tentatives de pression pour avoir des plats hallal dans les cantines, des horaires différenciés, existent. Il y a deux attitudes par rapport à ça. Soit vous êtes responsables et vous opposez un refus franc et massif, soit vous êtes clientéliste et vous cédez. Il faut aider les élus à être responsables et leur donner les moyens. Il faut que les maires puissent avoir un lieu plus direct avec les services de l’État et du renseignement territorial pour avoir une réponse immédiate quand on a le moindre doute.

Written by Ceus isnel

Le bonheur ne s'acquiert pas, il ne réside pas dans les apparences, chacun d'entre nous le construit à chaque instant de sa vie avec son coeur.